Affaire désertion de 750 policiers : Denis Kambayi recadre le cabinet du gouverneur Jacques Kyabula

En République Démocratique du Congo, l’affaire de la désertion de 750 éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) dans l’espace Grand Kasaï est loin de se terminer après la sortie médiatique du gouverneur Jacques Kyabula lors d’un briefing sur la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC).

Le sénateur Denis Kambayi vient une fois de plus de réagir ce vendredi 6 mai 2022 pour recadrer la directrice de cabinet adjointe en charge des finances du chef de l’exécutif provincial du Haut-Katanga qui , à travers sa dernière sortie médiatique, a fustigé une confusion créée par cet élu des élus en interprétant mal les propos de Kyabula.

En réaction, Denis Kambayi dément avoir improvisé une interview pour répondre à la personne citée par l’article du média numérique 7SUR7.CD mais plutôt à sa collègue Francine Muyumba consécutivement à son intervention publique à la chambre haute du parlement sur cette question essentiellement sécuritaire.

« Denis Kambayi invite le cabinet du gouverneur Jacques Kyabula à s’attaquer à Madame Francine Muyumba qui a mis cette question à la place publique , dans une motion d’information à la plénière du sénat le mardi 03 mai 2022 , que de vouloir créer les polémiques de bas étages et de s’acharner sur sa personne. La République n’a pas besoin de ça » rétorque la cellule de communication de cet élu du Kasaï Central.

Et de poursuivre :

« La seule faute que le sénateur Denis Kambayi aurait commise c’est d’avoir répondu à la question d’un confrère de 7sur7 que les questions sécuritaires ne se traitent sur la place publique. Comme pour dire que cette question déjà abordée lors de la rencontre de Lubumbashi entre Kasaiens et Katangais ne pouvait plus encore être soulevée dans une plénière du Sénat qui n’était pas à huit clos mais en public. Pour le reste d’analyse ou de déclaration sans fondement je renvoie ses auteurs et instigateurs à la lecture de l’évangile de Saint Luc 23:33-34 »

Il sied de rappeler que le gouverneur Jacques Kyabula Katwe avait affirmé que plus de 750 policiers en provenance du Kasaï sont arrivés dans le Haut-Katanga sans autorisation. Ce déplacement, avait-il regretté, est parfois à la base de l’insécurité dans cette partie de la République démocratique du Congo.

300 autres policiers armés sont dans le Lualaba et plus de 200 dans le Tanganyika, renseigne le rapport final de la conférence interprovinciale Katanga-Kasaï sur la cohabitation pacifique.