Etat de siège en RDC : le Rwanda juge « positif » le résultat des opérations à l’Ituri et dans le Nord-Kivu

Plusieurs combattants se sont rendus aux FARDC , les rebelles neutralisés et les localités récupérées par l’armée lors des opérations menées depuis l’instauration de l’état de siège sous le commandement des gouverneurs militaires au Nord-Kivu et dans l’Ituri.

Ce bilan a été révélé le samedi 14 août 2021 par l’ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa.

Il juge ce bilan positif jusque-là, car les ex-combattants qui se rendus sont déjà acheminés pour le processus DDR- communautaire et Stabilisation .

« Quant aux groupes armés congolais, nous voyons que l’état de siège et la gouvernance militaire en place a des bonnes avancées avec la suite du programme national de démobilisation…», a t-il déclaré .

Et de poursuivre :

« …Nous trouvons que les FARDC se débrouillent bien. Depuis deux ans vraiment les FDLR qui avaient plus de 60.000 combattants sont aujourd’hui très éparpillées, très fragilisées. Et ça c’est le groupe qui était une cause d’inquiétude pour le Rwanda »

Les populations de l’est du pays ainsi que la Lucha dressent un tableau sombre de la situation sécuritaire malgré l’état de siège.
Plus de trois mois sont déjà passés depuis que l’ état de siège a été décrété dans l’est de la RDC dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

L’objectif était de mettre un terme, ou du moins, de réduire l’insécurité qui touche la région depuis des décennies.

La population et les mouvements citoyens comme la Lucha, dressent cependant un tableau sombre de la situation sécuritaire.

Pour Mwamisiyo Ndungo, militant de la Lucha, « depuis trois mois, les résultats sont très mitigés. Les violences ont continué, nous avons comptabilisé 535 personnes tuées pendant l’état de siège. Pour cette raison, nous appelons à la levée de l’état de siège parce qu’il ne permet pas que nous soyons sécurisés, parce que cet état de siège est utilisé pour violer nos droits. »

Abed Masiri