Guerre dans l’est : Le Kenya se dit déterminé à pacifier l’Est de la RDC

Les chefs d’Etats congolais et kenyan ont réaffirmé, lundi 21 novembre, leur engagement à mettre fin à l’insécurité dans l’Est de la RDC. Félix Tshisekedi et Wiliiam Ruto ont fait cette déclaration dans un communiqué conjoint lu par le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Christophe Lutundula, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa.

« Les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination de mettre fin à l’insécurité dans l’Est du territoire congolais le plus rapidement possible et de travailler ensemble avec leurs pairs de l’EAC (Ndlr Communauté de l’Afrique de l’Est) afin de créer des conditions optimales d’une coopération multilatérale au profit des peuples de la région », a declaré Christophe Lutundula.

Le président kenyan William Ruto a rassuré son homologue de la RDC Félix Tshisekedi de l’engagement de son pays à poursuivre le déploiement de ses troupes et à opérationnaliser la force régionale en vue d’éradiquer les groupes armés qui perturbent la paix et la sécurité dans l’Est de la RDC comme convenu au processus de Nairobi.

« Nous sommes bien au courant qu’il existe des efforts avec pour vocation de maintenir la paix et nous encourageons cela. Mais en tant que région, il me semble bien que ces efforts ne soient pas assez suffisants. La raison pour laquelle, nous venons pour créer des efforts qui vont soutenir ceux déjà en cours afin de pouvoir renforcer la marche vers l’atteinte de ces solutions », a-t-il assuré.

Pour sa part, Félix Tshisekedi a remercié son hôte pour l’engagement renouvelé du Kenya d’accompagner les efforts de la RDC pour la paix et la sécurité dans sa partie Orientale.

Ces deux hommes d’Etat ont convenu de consolider les relations bilatérales entre leurs pays dans les domaines de la défense, de la sécurité, de l’agriculture, de l’énergie, des Infrastructures, des finances, de l’administration publique et du commerce.

Sur ce, ils promettent d’instruire leurs gouvernements respectifs de mettre en place un comité mixte devant réfléchir sur les voies et moyens de renforcer cette coopération.