Plainte du Maroc contre la RDC à la FIFA: la FECOFA rejette les accusations anti fair-play

Dans une lettre correspondance à la CAF avec des images et photos à l’appui, dont une copie est parvenue ce mercredi 23 mars à la presse, la FECOFA a rejeté les accusations mensongères aux quelles la Fédération royale du football marocain (FRFM) a porté à la CAF sur les conditions d’acceuil de leur délégation à Kinshasa.

Selon la FECOFA, « la planification a été faite, dans la journée, par les services attitrés, et l’officier de surêté et sécurité de la FECOFA, le Colonel Tozy Ndala et l’un du protocole de la FECOFA, Philippe Muyoyo étaient de bonnes heures pour les acceuillir ».

« …La FECOFA était à l’aéroport avec un bus de très bonne qualité et une jeep de marque Prado… Mais, leur équipe d’avance a loué à notre insu un autre bus, certainement pour éviter de monter à bord du bus de la FECOFA », peut-on lire.
Au sujet de la securité de l’équipe marocaine, le numero 1 du football congolais rapporte que la délégation marocaine a été escortée de l’aéroport jusqu’à leur hôtel par les éléments de la police nationale congolaise (PNC).

« Nous sommes désolés du mauvais choix qu’ils ont opéré, mais cela ne peut-être nullement imputé à la FECOFA. Et par conséquent, demandons à la FRMF le retrait des propos infondés contenus dans leur correspondance prérappelée », conclut-elle.

Dans une lettre adressée mardi 22 mars à la CAF, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a déclaré qu’aucun représentant officiel de la FECOFA était présent à l’aéroport pour les accueillir. Egalement, les bus loués ainsi que la société privée de sécurité louée (à 3 500 USD/jour) durant leur séjour n’y étaient pas.

Elle demande ainsi à la CAF de prendre les décisions nécessaires et réglementaires pour que de tels actes anti fair-play soient sanctionnés et ne se reproduisent pas.