RDC-Consultations : ASBL REJELEC mobilise la classe politique à soutenir l’Union sacrée pour la nation

Category: Politique 86

Le président Felix Tshisekedi a poursuivi ses consultations mercredi 18 novembre au Palais de la Nation à Kinshasa, en s’entretenant avec plusieurs personnalités politiques et structures des jeunes.

Moïse Muangala représentant du Réseau des Jeunes Leaders pour le Changement ( REJELEC) , se dit fier d’avoir aussi été consulté en tant que tel « pour l’intérêt général du pays.

« Dans le cadre des consultations initiées par le chef de l’État en vue d’une union sacrée, nous avons été reçu par le chef de l’État en lui proposant les préoccupations des jeunes et le plan de sortie de crise que traverse le pays. Le numéro un du pays a promis de s’engager à financer les projets des jeunes leaders et s’impliquer de toutes ces forces pour la paix et la stabilité du pays. L’heure n’est plus au discours, au sein du REJELEC ASBL nous soutenons le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi dans toutes ses actions » a dit Moïse Muangala dans les propos rapportés par la cellule de presse du REJELEC.

Il invite d’ailleurs toute la classe politique à se joindre aux consultations et à soutenir l’Union sacrée pour la nation que veut lancer le Chef de l’État.

Moïse Muangala appelle les acteurs politiques à soutenir l’Union sacrée pour la nation, car « il y a de la fumée sur la toiture de la maison. Il ne faut pas attendre que la maison s’embrase. »

Le président Félix Tshisekedi a entamé depuis quelques jours des consultations avec les parties les « plus représentatives » afin de former une « union sacrée » de la Nation.

Avant de lancer ces consultations, il avait une semaine plus tôt, dans un message à la nation, énuméré des divergences au sein de la coalition au pouvoir.

Ces divergences portent sur: « des questions relatives à la paix et à la sécurité nationale, à la Commission électorale nationale indépendante, à l’organisation des élections, à la gestion du portefeuille de l’État, à la territoriale, à la diplomatie, à l’indépendance de la justice », avait déclaré le président.

La tension était montée d’un cran entre la camp présidentiel et celui de Joseph Kabila lorsque Tshisekedi avait remporté une victoire dans sa bataille politique autour de la très stratégique Cour constitutionnelle face au camp Kabila.

Malgré l’opposition du Camp Kabila réuni au sein du Front commun du Congo (FCC), le président avait, en effet, investi trois nouveaux membres de la Cour constitutionnelle dont les ordonnances de nomination signées en juillet sont jugés irrégulières par le camp Kabila.

Ces juges avaient prêté serment au cours d’une cérémonie en l’absence des présidents de l’Assemblée et du Sénat, Jeanine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, du Premier ministre Sylvestre Ilunga et des nombreux ministres et parlementaires pro-Kabila.

Le camp de l’ex- Président Joseph Kabila en froid avec Tshisekedi a rejeté cette initiative des consultations.

Cette coalition soupçonne le président Félix Tshisekedi de recourir à ces consultations pour débaucher des élus afin d’avoir une majorité parlementaire favorable et mettre fin à la coalition.

Related Articles