RDC : Denis Mukwege alerte sur « les tueries exagérées » de la population à l’Est du pays et appelle le président Tshisekedi à mettre fin à l’état de siège

En République Démocratique du Congo, plusieurs voix s’élèvent pour décrier la montée en puissance des tueries et massacres à l’Est du pays depuis l’instauration de l’état de siège par le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cette situation n’a pas laissé indifférent le Prix Nobel de la Paix 2018, le Docteur Dénis Mukwege qui affirme que les massacres récurrents dans les deux provinces sont insoutenables.

«Les derniers massacres sont insoutenables et démontrent une fois de plus que la stratégie militaire soutenue par le gouvernement congolais depuis un an est incapable de protéger les civils et de prévenir la répétition des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Cette mesure exceptionnelle qui restreint les droits et les libertés fondamentales déjà prorogée, à maintes reprises, par le Parlement n’a pas vocation à durer dans le temps et à être encore prolongée alors que l’insécurité est grandissante dans les deux provinces concernées et que son impact sur la protection des civils est négatif. Cet échec doit être acté sans plus tarder » a-t-il déclaré à travers une déclaration rendue publique le mercredi 11 mai 2022.

Tout en évoquant le rapport du baromètre sécuritaire du Kivu, le docteur Denis Mukwege précise que plus de « 2.500 civils » ont été tués dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu entre avril 2021 et avril 2022.

Il sied de rappeler que le chef de l’État a annoncé pour bientôt l’organisation d’une table ronde pour décider sur l’avenir de l’état de siège.