RDC-Dossiers RAM et CENI : Moïse Katumbi et son parti menacent de quitter l’Union sacrée pour « sauvegarder l’intérêt du peuple »

Dans une déclaration publiée ce vendredi 15 octobre 2021 , Ensemble pour le changement de Moise Katumbi et ses deux groupes parlementaires (AMK & alliés et MS-G7) ont dénoncé les pratiques de débauchage et de corruption visant, selon eux, à imposer au peuple un nouveau cafouillage électoral en 2023.

Cette réaction est intervenue le jour de la plénière convoquée puis reportée à l’Assemblée nationale pour auditionner le rapport de la commission paritaire mixte sur la CENI, qui a statué sur les candidatures des futurs membres de la centrale électorale.

Sans pour autant annoncer officiellement leur départ de la majorité parlementaire, le camp de Moise Katumbi note que cela pourrait notamment passer par la voie de nouveaux animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) que le bureau de l’Assemblée nationale, à travers son président, tente de mettre en place par force.

« (…) Nous dénonçons avec la dernière énergie le forcing, les pratiques de débauchage et de corruption tendant à imposer au peuple congolais, par la voie d’une CENI de pacotille, un nouveau cafouillage électoral en 2023 dans le seul but de d’établir un pouvoir totalitaire et inique », déclare Ensemble et les deux groupes parlementaires.

Et de poursuivre :

« Des informations faisant état d’éventuels candidats issus d’Ensemble pour occuper des postes au sein de cette CENI par de manœuvres de débauchage n’engagent nullement la responsabilité du Président Moïse Katumbi et de sa famille politique. Dans le cas où un membre : de l’un ou l’autre de nos deux groupes parlementaires serait cité ou nommé dans ce cadre, il ne le serait qu’au titre d’arrangement personnel, pour assouvir des intérêts obscurs contraires aux attentes du peuple congolais, et nous ne reconnaîtrons point cette magouille ».

Concernant le dossier RAM, Ensemble pour la République n’est pas allé par le dos de la cuillère pour qualifier cette initiative d’escroquerie d’État.

« Pour le bien de la RDC et son peuple, Ensemble pour la République et les deux groupes parlementaires dénoncent au même titre que le RAM où l’escroquerie d’Etat est confirmée et les intérêts du peuple ignorés, la corruption et la magouille politique auxquelles le président Mboso recourt dans le dossier de la CENI au détriment du consensus national » martèle Katumbi et son parti.