RDC-EPST : 4 473 écoles avec des faux arrêtés, 2 483 agents et 42 écoles fictifs élagués

En République Démocratique du Congo,la commission mise sur pied pour le nettoyage du fichier de suivi et paie des enseignants par le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Tony Mwaba, a présenté le rapport synthèse de sa mission effectuée pendant 5 mois dans les 26 provinces administratives. Cette activité a eu lieu le mardi 24 août 2021 au salon Virunga à l’hôtel Venus à Kinshasa.

Les 58 équipes ont travaillé premièrement sur la fiabilité du système informatique du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE), un service chargé de la préparation de la paie du personnel enseignant et administratif des établissements scolaires et les bureaux gestionnaires pour le compte du gouvernement.

Deuxièmement, elles ont travaillé sur le nettoyage sans précédent du fichier suivi et paie des enseignants.

Sur les 57.202 établissements prévus initialement, les 58 équipes ont travaillé sur 57.174 établissements scolaires pour des raisons sécuritaires dans certaines parties de la RDC.

Selon le rapport de ladite Commission, il y a 42 établissements scolaires fictifs, 897 établissements non viables, 4.473 établissements fonctionnant avec des faux arrêtés, 2.483 agents fictifs et 2.483 agents sans actes réguliers de recrutement.

La cellule de communication du ministère de l’EPST rapporte que les syndicalistes faisant partie de la même commission, ont notamment relevé certains problèmes tels que le non respect des textes régissant l’administration publique par rapport au recrutement et permutation des enseignants et autre.

« Les syndicalistes qui faisaient également partie de la commission, ont relevé le non respect des textes qui régissent l’administration publique, surtout en ce qui concerne la procédure disciplinaire pour sanctionner l’enseignement, le recrutement des enseignants et la permutation, en violation de l’interdiction de tout mouvement du personnel par la Secrétaire générale intérimaire à l’EPST », a-t-elle indiqué.

Les syndicalistes ont également suggéré au Ministre de l’EPST de diligenter une mission de contre vérification dans les provinces à problèmes et non visitées par les missionnaires, la construction et réhabilitation des écoles, la mise en place d’une commission ad hoc, pour examiner cas par cas la situation des provinces concernées, l’organisation d’une paie de proximité pour les enseignants afin d’éviter le déplacement vers les banques, ce qui entraine la perturbation du calendrier scolaire.

Le numéro un de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique déclare que “je me sens dans l’obligation de vous remercier pour tout le risque que vous avez pris pour ce travail. Beaucoup d’entre vous l’ont fait avec passion et amour. Je ne pense pas que vous avez travaillé en vain”.

Tony Mwaba estime que ces missionnaires ont partagé le souci de remettre de l’ordre dans le secteur de l’EPST et d’assainir le SECOPE qui est, selon lui, le poumon de respiration des enseignants.