RDC-EPST : La Synergie des syndicats des enseignants dépose une plainte contre le ministre Tony Mwaba

La synergie des syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo (RDC) a déposé une plainte ce jeudi 14 octobre au parquet général près la cour de cassation contre le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST).

A en croire le porte-parole de cette structure, Jean Bosco Puna, Tony Mwaba est visé dans leur démarche pour « violation grave des droits fondamentaux des enseignants » du pays .

« Nous sommes venus aujourd’hui déposer notre plainte auprès du procureur général près la cour de cassation contre le Ministre de tutelle, Mr Tony Mwaba pour violation grave des droits fondamentaux des enseignants », a t-il déclaré

Selon la même source, le ministre de l’EPST a violé intentionnellement l’article 35 de la constitution qui garantit le droit du travail mais aussi de l’article 39 et 38 qui garantissent la liberté syndicale.

« Vous savez que l’article 35 de la constitution garantit le droit du travail mais aussi le droit à un salaire équitable qui puisse permettre à celui qui travaille de vivre normalement lui-même et sa famille. Ce droit a été superbement violé. Il y a également les mesures de désactivation qui ont été initiées au niveau de tutelle. On a désactivé certains enseignants du fichier de la paie et au moment où nous savons qu’on ne peut pas priver quelqu’un d’accéder à son salaire, c’est un droit inaliénable. Parce que ce salaire à un caractère social et donc on compromet la vie de ses enseignants et la vie de leur famille. Le Ministre a violé également l’article 39 de la constitution et de l’article 38 qui parle de la liberté syndicale », martele Jean-Bosco Puna.

Au travers d’une correspondance rendue publique le mercredi 06 octobre dernier par le secrétariat général de l’ESPT, le ministre Tony Mwaba a instruit les autorités compétentes de l’enseignement en provinces d’envoyer des équipes de contrôle pour s’imprégner de la présence physique des enseignants dans leurs établissements scolaires et de procéder toutes affaires cessantes à la désactivation des enseignants absents pour les remplacer par les nouvelles unités.

Une décision que l’intersyndicale des enseignants n’entend pas de cette oreille.

Les enseignants des écoles catholiques conditionnent la reprise des activités scolaires notamment par le paiement des enseignants nouvelles unités, la réactivation des écoles désactivées et le paiement de 2ème et 3ème paliers de l’accord de Bibwa.

Abed Masiri