RDC-EPST : Tony Mwaba recourt à l’expertise du FPEN pour la matérialisation du projet « aucune école sans banc »

Aucune école sans banc, telle est la vision de l’actuel ministre de l’EPST Tony Mwaba. Avec l’avènement de la gratuité qui a permis à plus de 4 millions d’enfants de retrouver le chemin de l’école, la question relative à la construction des nouvelles écoles et l’équipement des anciennes se trouve être le cheval de bataille de celui qui est surnommé « sauveur de la gratuité ».

Pour ce faire, le Ministre Tony Mwaba a recouru à l’expertise et l’expérience du Fond de Promotion de l’Eduction Nationale, FPEN, la structure censée accompagner le Gouvernement dans le processus de viabilisation du secteur de l’Education en RDC.

Selon les prévisions, le FPEN devra livrer plus de 15.000 bancs aux écoles publiques disséminées partout dans le pays.

Cette campagne qui fut lancée le 06 octobre 2021 à Kabeya Kamwanga dans la province du Kasaï-Oriental a été très bien accueillie par les parents, les élèves et les représentants du peuple, les députés nationaux.

La 1ère phase de distribution a permis la livraison des 2.444 bancs dans le Kasaï-Oriental, à Kinshasa et dans le grand Katanga. La 2ème phase de cette campagne allant de janvier à juin 2022 prévoit 2756 bancs à distribuer dans les provinces de Kinshasa , Tshuapa, Tshopo, Kwilu et Kasaï-Central. Et la 3ème phase allant de juillet à décembre 2022 prévoit la distribution de 8239 bancs. Soit un total général de 13.439 bancs.

Les services du ministère de l’EPST indiquent que le retard observé dans la livraison de ces bancs par rapport aux prévisions initiales est lié à deux faits. Premièrement la grève des enseignants qui n’a pas permis de recouvrer le produit minerval pendant un certain moment, et la décision unilatérale et illégale prise par le Ministre de l’ESU d’attendre le versement de la quotité due au FPEN dans un compte bancaire qu’il communiquera aux Chefs d’établissement.

Pour le 1er fait, il est d’avis de saluer la sagesse du Gouvernement qui a permis de décanter la grève des enseignants. Et pour le 2e problème, il fallait aux services du sous-secteur de l’EPST de se référer à l’autorité de tutelle pour que cette décision illégale prise par Son Collègue soit revue.

Avec ces nouvelles ressources, la gratuité de l’enseignement primaire sera véritablement soutenue.

Avec la cellule de communication EPST