RDC : Félix Tshisekedi accuse « l’armée et la police » d’être notamment à la base de l’insécurité à l’Est du pays

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a échangé le lundi 9 mai 2022 avec la communauté congolaise basée à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Cette rencontre est intervenue après sa participation à la 15e session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

Dans sa prise de parole, le chef de l’État congolais a abordé plusieurs points notamment ceux liés à la situation sociale et sécuritaire préoccupé par l’insécurité grandissante dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo.

Revenant sur les facteurs de cette insécurité qui persiste en dépit de l’état de siège, une mesure militaire spéciale décrétée dans cette province depuis un an, Félix Tshisekedi a, en sa qualité de Commandant suprême des Forces armées de la République Démocratique du Congo, pointé du doigt son armée d’être en partie la cause de cette insécurité. Félix Tshisekedi, qui, à plusieurs reprises, a parlé des magouilles au sein de l’armée congolaise, a de nouveau affirmé que l’armée congolaise et la police sont impliquées d’une manière ou d’une autre à cette insécurité d’où, la nécessité de remettre de l’ordre.

‪«Notre armée y est également pour quelque chose dans ce qui se passe à l’Est de la République Démocratique du Congo. Notre police aussi qui favorise parfois certaines choses qui amènent l’insécurité et bien d’autres choses à cause de sa complicité‬. Il faut qu’on remette de l’ordre », a déclaré Félix Tshisekedi devant ses compatriotes

Cependant, le successeur de Joseph Kabila a annoncé pour bientôt la réforme au sein de l’armée pour mettre fin aux magouilles constatées depuis sa prise du pouvoir.