RDC : Freddy Mulumba insiste « qu’il est temps de se débarrasser des infiltrés de Kagame et Museveni au sein de l’armée

Dans une sortie médiatique au sujet de la situation sécuritaire dans l’Est de la République démocratique du Congo, le politologue Freddy Mulumba Kabuayi estime que cette situation soulève plus de questions qu’il n’en résout.

Parlant particulièrement de la force onusienne déployée dans l’Est de la RDC pour combattre les groupes armés depuis plusieurs années, ce professionnel des médias s’est posé un certain nombre de questions, notamment celle liée à l’identité de celui qui finance les opérations des groupes armés depuis 20 ans.

« Quel est le format de cette force onusienne et la répartition des contingents par pays membre ? Quelles en sont les missions et le concept opérationnels ? Quelles sont ses règles d’engagement ? Qui finance les rebelles? », s’est interrogé Freddy Mulumba.

Pour ce chercheur en culture panafricaine, la paix se construit et se défend. D’où il appelle à la réforme profonde au sein de l’armée pour un nettoyage des infiltrés au service de la communauté internationale.

« Notre pays subit les menaces de balkanisation malgré cette présence onusienne . Nous sommes infiltrés à tous les niveaux. Kagame et Museveni avec la complicité de la communauté internationale tiennent à notre déstabilisation » lance t-il

Il sied de rappeler qu’au cours de la session de mars, le président de l’Assemblée Nationale Christophe Mboso N’kodia, était revenu sur les réformes de l’armée initiées depuis 2008 par la République démocratique du Congo.

Il avait rappelé que ces réformes avaient abouti à l’adoption par le Parlement et à la promulgation notamment de la Loi portant organisation et fonctionnement des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Pour parachever le processus de ces réformes, Christophe Mboso avait exhorté le Gouvernement d’accélérer l’adoption et le dépôt au Bureau de l’Assemblée nationale du projet de loi de programmation militaire afin de doter les FARDC des moyens financiers, matériels et logistiques susceptibles de leur permettre d’accomplir avec efficacité et bravoure les lourdes missions que leur assigne la Constitution et ainsi de faire face aux menaces sécuritaires internes et externes de la RDC.