RDC-Grève à l’EPST : certains enseignants se disent « manipulés » par le coordonnateur du syndicat des écoles catholiques

Présenté par les enseignants comme l’homme derrière tous les mouvements de grève observés depuis la rentrée scolaire, Jean-Bosco Puna, déserteur à la fonction publique continue à faire parler de lui.

Ce jeudi 14 octobre 2021, après plusieurs jours de résistance, les enseignants sont sortis de leur silence et demandent l’arrestation de Jean-Bosco Puna, citoyens qui envoie dès gens à attaquer les enseignants qui donnent cours dans les salles de classe.

Dans une déclaration de dénonciation, une enseignante, cheffe d’un groupe syndical décrit les menaces verbales et physiques venues directement ou indirectement de Jean-Bosco Puna. ‹‹Le SYECO est victime de Jean-Bosco Puna qui envoie les gens là où nous enseignons pour nous sortir de salles de classe. Si les enseignants refusent, ces gens les attendent à la sortie pour les tabasser››, écrit cette enseignante.

 

Insultée, intimidée et menacée si elle ne déclare pas la grève comme les catholiques l’ont fait, l’enseignante dit avoir beaucoup supporté. ‹‹Moi même j’étais injuriée hier, traitée d’une Muluba qui a pris le pouvoir par tricherie››, dévoile t-elle. Alors que la convention 87 et l’article 38 de la constitution parlent de la liberté syndicale, les enseignants appellent à l’implication du professeur Tony MWABA, ministre de tutelle pour mettre hors d’état de nuire monsieur Jean-Bosco Puna qui veut que tout le monde parte en grève. ‹‹l’État de droit n’est pas synonyme du libertinage››, renchérit elle.

Ainsi, tout en dénonçant ce comportement antipatriotique, les enseignants exigent l’arrestation immédiate de Jean-Bosco Puna qui, au delà d’entraver la vision du Chef du Chef de l’État, met en danger l’avenir de plusieurs millions d’enfants Congolais qui ont tous besoin d’apprendre et d’être bien éduqué.

Cellule de communication EPST