RDC : Le gouvernement s’insurge contre l’attaque de Bukavu et appelle les forces de l’ordre à maintenir la paix

Une réunion du Conseil de sécurité a été convoquée d’urgence le mercredi 3 novembre dans la soirée par le premier ministre Sama Lukonde à Kinshasa.

L’unique point était lié à la situation qui a prévalu à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu suite à l’incursion des assaillants.

Le VPM de l’intérieur, le ministre de la Défense et sécurité, des officiers supérieurs des forces armées de la République démocratique du Congo et de la police nationale congolaise, ainsi que des responsables des services de renseignements ont pris part à cette réunion.

« L’opinion a été informée que depuis ce matin, dans la ville de Bukavu, il y avait des agitations, parce que la ville a été attaquée par quelques assaillants. Son excellence, monsieur le premier ministre a bien voulu que nous, les deux ministres devant vous et l’ensemble de nos services, nous puissions nous retrouver pour examiner la question par rapport aux éléments que nous aurions tous obtenu de nos différents services œuvrant dans la province du Sud-Kivu et plus particulièrement dans la ville de Bukavu », a rapporté à la presse, le VPM de l’Intérieur, Daniel Aselo.

Et de rassurer :

« Nous venons de faire l’analyse de la question. Tout ce que l’opinion peut retenir, ce que la situation s’est calmée. Elle est sous contrôle de nos forces armées et de la Police nationale congolaise et nous invitons nos services à davantage veiller sur cette question de manière à maintenir la paix et l’ordre dans la ville de Bukavu et dans le reste de la province »

Selon le ministre de l’Intérieur, le gouvernement central reste attentif sur cette question dans cette partie de la RD Congo.

« Si vous nous voyez ici au niveau de la capitale, siège des institutions, c’est effectivement pour réfléchir sur la situation et donner des instructions à nos services qui sont sur place-là qui n’ont pas d’ailleurs dormi. Ils sont en train de travailler. C’est pourquoi je vous ai dit toute à l’heure que la situation est sous contrôle », a-t-il martelé devant les professionnels des médias.

En rappel, un groupe rebelle armé non encore identifié a attaqué le même mercredi 3 novembre vers une heure du matin plusieurs positions des Forces armées de la RDC et de la Police nationale congolaise (PNC) dans les quartiers urbains. L’armée a réagi et des tirs même à l’arme lourde s’en sont suivis sur la ville.

Selon certains habitants, les assaillants auraient réussi à réctupérer des armes dans certains commissariats de la police pour s’en servir.

D’après le commandant de la 33 éme région militaire, il s’agirait des combattants d’un groupe rebelle dénommé « CPC 64 ». Leur intention serait de venir libérer leurs compagnons détenus à la police de Bukavu depuis la semaine dernière. Le bilan officiel rapporte la mort de 9 personnes dont 6 assaillants, 1 policier et 2 militaires.

Abed Masiri