RDC: Le recensement de la population jugé « indispensable et incontournable » avant les élections de 2023

Plusieurs scientifiques jugent « indispensable et incontournable » le recensement de la population avant l’organisation des élections de 2023 en République Démocratique du Congo.

Cette opinion a été portée et vulgarisée le weekend dernier par les femmes et hommes de la science lors d’une conférence débat organisée à l’université de Kinshasa.

Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) Corneille Nanga et le professeur Jacques Ndjoli étaient en face d’un auditoire plein dont on devrait apercevoir le Directeur Général intérimaire de la Radio Télévision Nationale (RTNC), Freddy Mulumba Kabuayi venu en appui de « cette initiative et cette question d’intérêt général de la population »

Pour les orateurs, il n’y a que le recensement qui doit déterminer le nombre exact des congolais et pas des statistiques sommaires.

«De 2006 à 2018, nous ne cessons de dénoncer l’infiltration des étrangers lors de nos élections qui relèvent d’une question de souveraineté sur notre territoire national. Le recensement sur le plan administratif demeure prioritaire pour toute la nation. Nous devons également avoir un recensement scientifique, qui va nous permettre de savoir, qu’est-ce le congo représente au commun des mortels» a indiqué l’un des orateurs .

Dans son exposé, le professeur Jacques Ndjoli a insisté que le recensement va faciliter à la Commission Électorale d’avoir un fichier de l’Etat civil à même de lui permettre d’identifier les electeurs.

Par la même occasion, les scientifiques précisent que seule « l’actuelle volonté politique affichée par le président Tshisekedi » suffit à ce que le pays s’organise conséquemment par rapport à cette question afin que les élections se tiennent en 2023.

Ils encouragent le gouvernement à doter l’Office national de l’identification de la population (ONIP) des moyens conséquents pour procéder rapidement à ce recensement.

Le gouvernement priorise le recensement

Les opérations d’identification de la population et du recensement général qui débuteront bientôt, iront jusqu’en mai 2023 selon le gouvernement.

C’est le ministre du Plan, Christian Mwando, qui l’avait annoncé à la presse en septembre dernier , au terme d’une réunion entre le premier ministre et les membres de la Commission mixte d’experts mise en place pour les opérations du recensement et d’identification de la population.

Cette Commission composée d’experts de la Primature, du ministère du Plan, de l’Institut national des statistiques (INS), de l’Office national de l’identification de la population (ONIP) et de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avait , à l’occasion, présenté à Sama Lukonde le rapport de ses travaux.

Le ministre du Plan avait , par ailleurs, tenu à souligner que le travail fait par les membres de cette Commission d’experts a permis de déterminer un budget global de 600 millions de dollars américains en lieu et place de 900 millions USD qui seraient dépensés par le gouvernement si les opérations étaient organisées de manière séparée.

D’après lui, le premier ministre avait, à cet effet, donné des instructions pour que ce dossier soit présenté au Conseil des ministres pour être avalisé.

Il sied de signaler que le gouvernement que dirige le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, est déterminé à organiser le recensement de la population. Lors d’une émission diffusée sur la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), au mois d’août dernier, à l’occasion des 100 jours du gouvernement, Sama Lukonde avait affirmé que son équipe des « Warriors » a fait de cette question « la priorité des priorités ».

Sylvain Mukendi