RDC: Les États-Unis d’Amérique appellent le Rwanda d’arrêter de soutenir le M23

Prenant la parole mercredi au cours d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la région des Grands Lacs, Robert Wood, Représentant alternatif pour les Affaires politiques spéciales au sein de la Mission des États-Unis auprès des Nations unies, a vivement dénoncé le soutien du Rwanda dans la résurgence du M23.

«Ces violences sont inacceptables, et les États-Unis exigent des groupes armés qu’ils mettent fin à leurs attaques contre les populations les plus vulnérables de la RDC. Nous appelons également les acteurs étatiques à cesser de soutenir ces groupes, notamment l’aide apportée par les Forces de défense rwandaises au M23 » a t’il dit

Poursuivant son speech, Il a également souligné le soutien de son pays à la mission onusienne.

«La MONUSCO reste essentielle pour ramener la paix dans l’est de la RDC et dans la région au sens large, et elle mérite notre soutien total et sans équivoque. Elle aussi a subi des pertes au fur et à mesure de la dégradation de la situation en matière de sécurité, avec notamment la mort d’un Casque bleu pakistanais le mois dernier dans une attaque odieuse. Je présente mes condoléances à la mission, au Pakistan et à la famille du Casque bleu » a t’il dit

Et de conclure : «La rhétorique anti- MONUSCO augmente le risque déjà important pour les Casques bleus. Nous sommes donc préoccupés par les appels à son retrait immédiat et nous exhortons la RDC à travailler avec la MONUSCO en vue d’un retrait progressif, responsable et conditionnel, guidé par les critères du plan de transition conjoint. Personne ne plaide en faveur d’une présence permanente de la MONUSCO en RDC. Mais elle sert un objectif important qui rejoint les intérêts de la région des Grands Lacs dans son ensemble : protéger les civils, perturber les réseaux illicites et contribuer à stabiliser les institutions de gouvernance et de sécurité ».

Il sied de signaler que la République Démocratique du Congo fait face à l’agression rwandaise depuis plusieurs jours .

Lors de son récent séjour à Londres, le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a interpellé la communauté internationale face à cette situation sécuritaire dans l’Est du pays créée par Paul Kagame et son gouvernement pour déstabiliser le pays.

Cependant, l’opinion militaire n’est pas écartée par le chef de l’État congolais en cas d’échec d’une solution diplomatique.