RDC : L’UDPS Luc Kabunangu appelle l’opposition à se préparer pour les élections en 2023 car « il n’y aura aucun dialogue avec Félix Tshisekedi »

Membre de l’association des jeunes professionnels de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, Luc Kabunangu juge « largement positif », le bilan des 4 mois déjà du gouvernement de l’Union sacrée de la nation chapeauté par Jean Michel Sama Lukonde.

Luc Kabunangu l’a déclaré ce dimanche 10 octobre 2021 à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

A en croire ce cadre de l’UDPS-Tshisekedi, plusieurs réalisations sont à mettre à l’actif du gouvernement réputé « des warriors » notamment la mobilisation accrue des recettes, la lutte contre la corruption et l’affermissement de la justice.

« Voyant que le bruit n’arrête pas la caravane bétonnée des warriors épris de la philosophie Léopards, celle de rester concentré sur les résultats qui entre autres promeut l’assainissement de la gouvernance de la République au quotidien, améliorant la mobilisation des recettes, luttant contre la corruption et affermissant la justice, les détracteurs du gouvernement des warriors, ensemble avec leurs alliés inavoués, développent des stratagèmes pour freiner les warriors par la tradition souillée des gouvernements élargis » a-t-il déclaré dans sa tribune dénommée « théorie des léopards ».

Dans la foulée , Luc Kabunangu appelle les opposants à se préparer pour les élections car aucune piste de dialogue n’est envisageable avec le président Tshisekedi.

« Ils comptent pour ce faire empêcher la tenue des élections dans le délai constitutionnel et imposer un dialogue.
Bilan clair, l’imperturbable Félix Tshisekedi avance avec l’assurance d’aller aux élections dans le délai. À bon entendeur. » a conclu ce cadre de l’UDPS-Tshisekedi.

Pour rappel, la coalition Lamuka a annoncé une marche pacifique pour le 16 octobre prochain lors de son meeting le samedi devant une foule au terrain Sainte Thérèse, dans la commune de N’djili. Il promet de donner l’itinéraire de la marche.

La marche envisagée tout comme porte sur la lutte contre la dépolitisation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), mais aussi la demande des réformes consensuelles pour les élections prévues en 2023.

CP