RDC : L’UDPS Luc Kabunangu interpelle le président Tshisekedi sur sa promesse de créer la richesse congolaise

Luc Kabunangu demande au Chef de l’Etat de continuer avec ses efforts pour l’instauration effective de l’Etat de droit, la lutte contre l’impunité et la garantie de la bonne gouvernance telles que promues par la Constitution du 18 Février 2006, pour réaliser sa promesse de création de la richesse congolaise.

Cette recommandation est contenue dans sa tribune publiée ce mardi 19 octobre 2021 devant la presse à Kinshasa. Ce cadre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) dit avoir mené des investigations sur terrain, où il dit avoir constaté des malaises des entrepreneurs congolais impliqués dans la sous-traitance dans le secteur privé qui ne permettent pas au pays de réaliser la vision clairement communiquée par le Président Félix Tshisekedi sur la promotion de l’entrepreneur congolais.

Luc Kabunangu déplore notamment la lourdeur de l’Autorité de l’autorité de Régulation de la Sous-traitance dans le Secteur Privé (ARSP) qui jusque-là parait ineffective dans l’accompagnement et promotion de l’entrepreneur congolais dans le secteur privé.

La même source indique que le marché privé reste dominé par des sujets étrangers malgré la promulgation de la loi fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé depuis 2017.

« Or la création de la richesse congolaise est une partie importante de la vision de Félix Tshisekedi. Les outils pour cela, dont l’ARSP, ont besoin des mains bien rodées et engagées pour booster notre économie au profit de l’entrepreneur congolais.
L’Afrique du Sud a réussi à créer des millionnaires noirs qui jadis étaient exclus de l’économie suivant un programme rigoureusement appliqué. Cette expérience, de la transformation de l’économie au profit des autochtones autrefois exclus, est à notre portée. Au Congo c’est Le peuple d’abord. Les dérogations permettant aux entreprises principales et à celles non-éligibles à la sous-traitance de conclure des contrats ou des marchés de sous-traitance dans le secteur privé de manière permanente à la discrétion du Directeur Général de l’ARSP telles qu’arrêtées dans l’Arrêté ministériel N°03/CAB/MIN/CMPMEA/2021 du 06 Jan 2021 fixant les modalités de gestion des dérogations aux dispositions de l’Article 6 de la Loi fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé, non seulement s’opposent à la lettre et l’esprit de la Loi fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé, mais augmentent aussi le risque de corruption pour favoriser les entreprises non-éligibles », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre :

« La création de richesse congolaise passe par l’amélioration du climat d’affaires à travers le renforcement de l’état de droit, des capacités des agents de l’administration publique et des programmes pour soutenir la PME. L’ARSP est un acteur majeur dans ce processus »

En rappel, l’Autorité de Régulation de la Sous-Traitance dans le secteur Privé, « ARSP » est un établissement public créé d’après la loi n°17/001 du 08 février 2017 fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé. Cette loi vise à rendre obligatoire la sous-traitance des activités annexes et connexes de l’activité principale et à la réserver, quelle que soit sa nature, aux entreprises congolaises à capitaux congolais en vue d’en assurer la promotion et favoriser ainsi l’émergence d’une classe moyenne congolaise. Elle poursuit la protection de la main-d’œuvre travaillant dans les entreprises de la sous-traitance, la création de l’emploi pour les nationaux et l’élargissement de l’assiette fiscale au profit du Trésor public.

Abed Masiri