RDC : Restaurer la paix au Kasaï Central pour baliser le chemin de l’alternance pacifique au sommet de l’État, mission accomplie par Denis Kambayi malgré les multiples difficultés en face [Acte 1]

Après son investiture comme gouverneur par l’ancien chef de l’État Joseph Kabila, Denis Kambayi Cimbumbu s’était résolument décidé de conduire les affaires du Kasaï Central dont la population aspirait depuis près de deux ans à la paix.

Selon les notables et leaders politiques tant de l’opposition et de la majorité au pouvoir du coin , les défis qui attendaient le chef de l’exécutif provincial étaient multiples. C’etait d’abord l’éradication des miliciens qui étaient actifs dans tous les territoires que compte le Kasaï Central sans oublier d’autres provinces de l’espace Grand Kasaï.

Deuxième défi majeur, c’etait la collaboration entre l’armée et les populations pour conduire le pays vers l’alternance pacifique issue des élections démocratiques ayant sorti Félix Tshisekedi fils de l’espace Kasaï vainqueur. Le déroulement de l’opération de l’enrôlement des électeurs dans tous les villages sans cassure ou brûlure des matériels de la CENI en est une preuve éloquente. Ce qui avait favorisé à toute la population d’obtenir sa carte d’électeur et offrir les millions des voix à l’actuel locataire du palais de la nation.

Selon les acteurs de la société civile approchés par la presse , plusieurs miliciens avaient décidé grâce à la vision de l’autorité provinciale , de taire leurs armes pour favoriser le développement de leur région.

Peu avant l’arrivée de Denis Kambayi selon les témoignages d’un haut cadre de l’UDPS à la fédération de Kananga et du président fédéral de l’ECIDE de Martin Fayulu , des nombreux habitants n’avaient pas confiance à l’armée accusée de commettre plusieurs exactions contre les civils. Ce qui avait compliqué la tâche aux anciennes autorités de la province « en perte de confiance du peuple » de rétablir la paix.

Selon la même source, le problème d’infrastructures routières qui pouvait constituer un obstacle pour les opérations militaires, fut être contourné par l’ancien gouverneur du Kasaï Central qui s’est investi dans le cantonnage manuel avec l’implication et le soutien de tous les chefs coutumiers. Or s’était un défi qui nécessitait de moyens conséquents pour imposer la paix dans cette province qui comptait les millions de déplacés via l’Angola.

A en croire un échantillon de la population, Denis Kambayi  avait fait preuve de maintien la discipline militaire et policière au moment où plusieurs militaires FARDC étaient impliqués dans les violations des droits de l’homme.

« Toutes les opérations militaires furent soutenues par l’ancien gouverneur du Kasaï Central dans le seul but d’obtenir la paix . Y compris la réduction des miliciens dont les résultats ont été satisfaisants. » témoignent plusieurs langues dans l’opinion.

Nous y reviendrons avec l’acte 2 sur l’encadrement des jeunes.