RDC-Tensions autour de la gestion des fonds de 100 jours: les militants de l’UDPS-Tshisekedi mettent en garde les Pro-Kamerhe qui envisagent une guerre froide contre Kabund

Category: Politique 354 0

Regroupés dans la soirée du mardi 12 février 2020 au siège du parti , les parlementaires débout de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ont fustigé l’attitude de certains militants de l’UNC de Vital Kamerhe qui veulent salir les noms des dirigeants du parti après la tournée effectuée dans le cadre de l’évaluation des travaux de 100 jours du chef de l’État.

Pour eux , vouloir s’attaquer à Jean Marc Kabund ou soit à Augustin Kabuya est une provocation de trop pendant cette période où la justice compte mettre la main sur tous les detourneurs issus du cabinet du président de la République.

 » Nous n’allons plus tolérer cette campagne de diabolisation envisagée pour insulter nos dirigeants du parti. Le pouvoir du président Tshisekedi appartient premièrement à l’UDPS son parti , plus question de nous faire peur  » a dit l’un des présidents des parlementaires débout devant la tribune.

Kabund et Kabuya, provocateurs !

Du côté UNC, Amato Bayubasire pointe du doigt accusateur le président a.i de l’UDPS (également premier vice-président de l’assemblée nationale), Jean Marc Kabund et le secrétaire général de ce même parti, Augustin Kabuya.

« Je vais m’adresser au collègue premier vice-président de l’assemblée nationale. Quand la présidente de l’assemblée nationale a menacé le Président de la République (Ndlr : de haute trahison), à ce moment-là, le collègue a eu besoin de nous, mais quand la guerre prend fin, il tourne le canon contre L’UNC et son leader. Nous refusons et nous condamnons ce combat, nous allons nous battre pour protéger la dignité et la personnalité de Vital Kamerhe et dire qu’il n’a jamais touché dans le trésor public », rapporte t’il dans ses propos recueillis par nos confrères de Actualite.CD

La gestion du programme d’urgence initié par Félix Tshisekedi serait à la base des tensions entre les membres de l’UDPS et ceux de l’UNC. Lors d’un récent meeting, Augustin Kabuya a affirmé que son parti va évaluer ce 15 février les travaux exécutés dans le cadre dudit programme. Il avait implicitement cité Vital Kamerhe, qui, alors que Tshisekedi n’avait pas encore mis en place un gouvernement, avait géré tous les fonds alloués à ces travaux évalués à plus de 300 millions USD.

Parlant par exemple des sauts-de mouton dont les travaux piétinent, Kabuya avait déclaré : « De grosses sommes ont été déboursées pour ces travaux. J’ai suivi le directeur de cabinet du chef de l’Etat et le ministre des finances autour du programme de 100 jours, … Nous devons savoir qu’est-ce qui s’est réellement passé dans cette affaire. Il était interdit de franchir l’enclos (bleu) qui encadre les sauts-de mouton. Dieu nous a envoyé le vent qui a défait ces tôles bleues et nous avons remarqué qu’une année après le lancement des travaux, il n’y a que le pavement, plus rien d’autre. Et vous allez nous interdire au nom des alliances, de savoir ce qui se passe là (aux chantiers des saut-de mouton) ? ».

Le 6 février, l’UDPS et ses alliés, sous la conduite de JM Kabund avaient visité tous les chantiers initiés dans le cadre du programme d’urgence à Kinshasa, et le parti présidentiel s’était dit « déçu » du taux très faible d’exécution. « Les jours passés nous avons entendu quelqu’un (Kamerhe) dire à la radio que les travaux de 100 jours sont déjà réalisés à la hauteur de 70%. De là où nous venons, ce projet-là n’est même à 30% en termes de réalisation », avait dit Kabund qui entrevoit des manœuvres disait-il, pour provoquer le soulèvement de la population contre Félix Tshisekedi.

Related Articles

Commentez