RDC : « Toutes les déclarations contre l’état de siège sont financées par Monsieur Kagame du Rwanda qui tient à son projet de balkanisation du Congo » alerte Freddy Mulumba

Le politologue Freddy Mulumba Kabuayi continue à accuser publiquement le Rwanda de soutenir les rebelles du M23 et d’autres forces obscures qui sèment la terreur dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Et depuis près de trente ans, cette partie du pays est en proie à des conflits meurtriers. Les relations entre le Rwanda et la RDC peinent toujours à se normaliser. Plus globalement, l’insécurité dans la région des Grands Lacs reste préoccupante.

A travers une vidéo lancée sur les réseaux sociaux et consultée ce mercredi 18 mai 2022 par AFRICA24SUR24.NET , ce chercheur en culture panafricaine alerte le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo sur le financement des initiatives tendant à saboter l’état de siège par son homologue rwandais Paul Kagame.

« Le Rwanda est déterminé à balkaniser le Congo et prendre le contrôle du grand kivu afin de continuer à piller nos minerais. Chers congolais réveillons nous , l’heure est grave » lance t-il .

Et de marteler : « Monsieur Kagame tient à saboter l’état de siège d’où il continue à financer les initiatives tendant à combattre cette initiative salvatrice du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. La majorité des politiciens et individus qui sont contre cette initiative , sont les infiltrés des rwandais et ougandais qui ont vu leurs intérêts de pillages de nos richesses être mis en cause depuis l’avènement de l’administration militaire »

Il sied de rappeler qu’au cours d’un briefing le mardi 17 mai 2022 avec les professionnels des médias à Kinshasa, le gouverneur militaire de la province de l’Ituri, le lieutenant-général Johnny Luboya Nkashama, a rassuré à l’opinion nationale et internationale que l’état de siège décrété par le Président de la République n’est pas un échec.

Selon cette autorité provinciale militaire , les efforts déployés par les FARDC pour le rétablissement de la paix et de l’autorité de l’Etat dans cette province, en proie à l’activisme des groupes armés, sont fort remarquables au regard de la mission en trois phases leur confiée, à savoir : la sécurisation de la ville de Bunia, la réouverture des grands axes routiers (RN 27 et 4) et la récupération des grandes agglomérations occupées par ces derniers.

A ce jour, a-t-il affirmé, les deux premières phases sont accomplies par nos forces armées qui ont sécurisé la ville de Bunia et rétabli le trafic routier sur les grands axes, tandis que la dernière est en pleine opération.

Celle-ci a permis d’éloigner et de chasser ces groupes armés de leurs centres d’intérêt, les rendant ainsi en errance, a-t-il souligné avant d’évoquer quelques difficultés dans les opérations étant donné que certains groupes sont constitués des compatriotes congolais, particulièrement la CODECO, dont il a estimé l’effectif entre 8.000 à 10.000 éléments.

Tout en saluant le rôle joué par la Police nationale congolaise (PNC) dans les opérations de sécurisation des agglomérations récupérées par les FARDC, le gouverneur militaire de l’Ituri a exprimé son optimisme quant au retour de la paix dans cette partie du pays.