RDC-Vaccin contre la Covid-19 : Clément Kanku et Fayulu déplorent la contradiction entre Tshisekedi et son gouvernement

Category: Santé 199

En République Démocratique du Congo l’actualité reste dominée par les sorties médiatiques du président de la République sur le vaccin AstraZeneca.

Félix Tshisekedi ne s’est pas encore fait vacciner et multiplie les critiques contre le vaccin qui, selon lui, n’est pas si sûr. Une communication qui tranche avec les efforts du gouvernement qui tente de faire accepter AstraZeneca dans l’opinion.

En réaction , le député honoraire Clément Kanku Bukasa a, de vive voix , déploré la contradiction qui règne entre le gouvernement et le président de la République.

Cet ancien vice-gouverneur du Kasaï Occidental s’indigne par le faite que le chef de l’Etat refuse d’un côté de se faire vacciner, mais de l’autre, il autorise le lancement de la campagne de vaccination pour le reste de la population congolaise.

« Quand le président de la République refuse de prendre le vaccin parce qu’il doute de son efficacité mais que son ministre de la santé dit le contraire jusqu’à se faire vacciner devant les caméras , il ya de quoi semer les doutes dans les esprits et nous pousser à reconsidérer certaines choses , c’est pourquoi nous vous recommandons en toute responsabilité la plus grande prudence même si nous continuons à croire aux vertus d’un bon vaccin pour faire face à cette pandémie » déclare t-il sur sa page Facebook .

La sortie médiatique de Tshisekedi ne cesse d’alimenter les medias .

« Loin de moi cette contradiction j’ai personnellement pris mes responsabilités et je me suis fait vacciner le 10 juin dernier pour montrer l’exemple de sorte que les congolais m’emboîtent le pas », a par exemple déclaré l’ancien candidat à la présidentielle Martin Fayulu, sans citer Félix Tshisekedi.

Seth Kikuni, un autre candidat malheureux à la présidentielle de 2018, a carrément appelé à ne pas voter pour l’actuel président à la prochaine élection en 2023.

Cette critique est également relayée par des diplomates en poste à Kinshasa.

« En tant que président de l’Union africaine, il aurait dû s’y prendre autrement », dit anonymement un ambassadeur africain. L’institution panafricaine a massivement commandé de l’AstraZeneca et a reçu des doses via Covax.

A l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), on n’ose pas critiquer ouvertement la position du chef de l’Etat, mais certains experts, sous cape, regrettent les positions du président qui mettent à mal la campagne de communication autour de la vaccination qui peine à décoller. « Certaines erreurs de communications auraient pu être évitées au moment où on tente de redresser la barre », dit l’un d’eux.

Ces problèmes de communication interviennent au moment où les hôpitaux destinés à prendre en charge les malades du Covid-19 sont saturés, alors que le nombre de cas connus ne fait que grimper, selon les autorités sanitaires.

Related Articles