Retrait des militaires Ougandais à l’Est de la RDC : Patrick Muyaya précise que cette décision revient à Tshisekedi et Museveni

La question liée au retrait des troupes de l’armée Ougandaise à l’Est de la République Démocratique du Congo a également été évoquée le mardi 17 mai 2022 par le porte parole du gouvernement Patrick Muyaya lors du briefing presse à Kinshasa.

A en croire le ministre de la Communication et médias, il était prématuré de confirmer cette décision qui engage les deux chefs d’États.

« Donc, pour l’instant, il est prématuré de dire si les choses se feront de cette manière parce qu’il y a, à mon avis, le processus qui veut que les états-majors se réunissent, qui veut que les états-majors fassent rapport aux commandants suprêmes et que ceux-là, à leur niveau, décident parce que c’est finalement eux qui décident de l’engagement de l’armée », a-t-il déclaré.

Et de marteler : « Au bout de 6 mois, il y a eu certes des avancées mais avant qu’on ne décide de mettre fin à ce qui avait été convenu, je crois qu’il y a des réunions des états-majors qui permettent d’évaluer la situation, le degré d’évolution par rapport aux objectifs initiaux. En ce moment là, on va estimer, les militaires vont dire là nous pouvons nous arrêter parce qu’il y a tant du côté ougandais que du côté congolais, des points focaux. Ils vont faire rapport aux commandants suprêmes de deux États qui pourront se dire là nous pensons que nos armées peuvent s’arrêter ou peuvent décider que nos armées continuent ».

Signalons que peu avant cette réaction du côté congolais, le chef de l’armée Ougandaise, le général Muhoozi Kainerugaba, a annoncé sur son compte Twitter le retrait de ses éléments de l’Est du pays. Il a justifié cela par l’accord signé entre la RDC et l’Ouganda qui prévoyait les opérations communes d’une durée de 6 mois dans un premier temps.