Soutien du Rwanda aux rebelles M23 : Freddy Mulumba prédit pour bientôt la chute de « Paul Kagame face à Felix Tshisekedi »

Chercheur en culture panafricaine, Freddy Mulumba Kabuayi multiplie des sorties médiatiques à Kinshasa sur l’agression de la République Démocratique du Congo par le Rwanda à travers les rebelles M23.

Ce politologue pointe du doigt l’infiltration dans l’armée par le pays de Paul Kagame avec la complicité des politiciens congolais à tous les niveaux.

« Le problème c’est d’abord nous même.Cette infiltration n’est pas seulement rwandaise , tous nos services de renseignement sont infiltrés à tous les niveaux. Il y’a les gens qui travaillent pour l’intérêt des occidentaux au service du Rwanda et Ouganda. Jamais les politiciens se mettre ensemble pour défendre notre pays menacé » déclare t-il

Pour Freddy Mulumba, l’incarnation du nouveau leadership « fort et non complaisant » par Félix Tshisekedi va bientôt faire taire Kigali et Kampala .

Il salue la suspension par le chef de l’État de nombreux accords signés avec le Rwanda qu’il juge «moins profitables» au pays.

« Cette guerre est économique , avec l’annulation de tous ces accords notamment avec rwandair et l’exploitation de l’or, je vous rassure que bientôt une année on ne parlera pas du Rwanda. Le président Félix-Antoine Tshisekedi vient de frapper fort, la chute de Paul Kagame est imminente » martele t-il

A l’en croire, les motivations du Rwanda sont claires en menant ces assauts dans la partie est de la RDC, c’est notamment « piller les ressources naturelles et procéder à la transplantation des populations étrangères dans les territoires conquis de la RDC».

Il sied de rappeler que c’est depuis près d’une semaine que la cité de Bunagana est contrôlée par la rébellion du M23 soutenue par le Rwanda. Le gouvernement congolais hausse le ton et demande à Kigali de retirer ses troupes de son territoire. Une deuxième réunion du Conseil supérieur de la défense a eu lieu ce mercredi sous la présidence de Félix Tshisekedi. Parmi les résolutions, il a été demandé au gouvernement de suspendre les protocoles d’accords, les accords et les conventions signés avec Kigali.