Sud-Kivu : Une attaque des assaillants fait 9 morts dont six civils et deux militaires à Bukavu

L’attaque de la ville de Bukavu au Sud-Kivu la nuit de mardi a mercredi à généré un bilan de 9 morts dont 6 assaillants, 2 militaires et un policier.

C’est le gouverneur Théo Kasi qui annonce ce bilan, à l’issue d’une réunion du conseil provincial de sécurité.

Plusieurs commissariats ont été ciblés. Ces hommes armés ont été neutralisés par les forces de sécurité et de défense, selon le gouverneur. 4 ont été blessés et 36 ont été capturés et présentés à la presse. 14 armes de guerre ont également été récupérées.

Les enquêtes se poursuivent pour identifier les auteurs matériels et intellectuels de cette situation en vue de dégager les responsabilités.

« La situation est sous contrôle. J’appelle la population au calme et à la collaboration avec les services de sécurité et de défense pour dénoncer les malfaiteurs, les complices et les commanditaires. Bukavu n’est pas tombé. Nous sommes ici. Nous avons situation malheureuse, mais je tiens à rassurer tout le monde. Le président suit cette situation de près et l’ensemble du gouvernement national », a martelé le gouverneur.

En rappel, un groupe rebelle armé non encore identifié a attaqué mercredi 3 novembre vers une heure du matin plusieurs positions des Forces armées de la RDC et de la Police nationale congolaise (PNC) dans les quartiers urbains. L’armée a réagi et des tirs même à l’arme lourde s’en sont suivis sur la ville.

Selon certains habitants, les assaillants auraient réussi à récupérer des armes dans certains commissariats de la police pour s’en servir.

D’après le commandant de la 33 éme région militaire, il s’agirait des combattants d’un groupe rebelle dénommé « CPC 64 ». Leur intention serait de venir libérer leurs compagnons détenus à la police de Bukavu depuis la semaine dernière.

Abed Masiri